Modes de Preparation des Plantes pour la Phytotherapie

 :: Disciplines diverses :: Herbologie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 8 Mai - 0:40
1 - Infusion
On obtient une infusion, en plongeant une plante pendant une durée de 5 à 15 minutes (selon la plante) dans de l'eau bouillante dans un récipient couvert. Pour les fleurs, mettez les dans le fond d'un pot, et versez l'eau bouillante dessus. Avant d'être utilisée l'infusion doit être passée (c'est ­à­ dire filtrée à travers un morceau de gaze par exemple)

2 - Décoction
On obtient une décoction, en faisant bouillir de façon prolongée, et à feu doux, une plante (avec un couvercle sur la casserole). Il faut mettre la plante dans l'eau encore froide, puis la faire bouillir entre 2 à 15 minutes (sachant que les écorces et les racines doivent bouillir plus longtemps que les feuilles et les tiges). Passez ensuite la décoction, avant de l'utiliser.

3 - Macération
On obtient une macération, en laissant une plante dans un solvant (eau, vin, alcool ou huile) à froid pendant un temps assez long (de quelques heures à plusieurs jours, voire plusieurs semaines). La macération doit se faire dans un récipient à l'abri de l'air et de la lumière. Une fois le temps écoulé, il suffit de filtrer le mélange à travers un filtre papier, ou du coton hydrophile non tissé, et de stocker la macération obtenue dans un récipient bien bouché.

4 - Extraits
Il existe différents types d'extraits. L'extrait fluide s'obtient en plongeant une plante dans une masse d'eau ou d'alcool égale à plusieurs fois la masse de plantes, puis en laissant s'évaporer jusqu'à ce que
le poids du liquide soit égal à celui de la masse de plante initiale. L'extrait mou, est basé sur le même principe, sauf que l'on pousse l'évaporation jusqu'à ce que le produit ait la consistance du miel. Les autres intermédiaires entre ces deux niveaux d'évaporation son t appelés simplement extraits.

5 - Alcoolat
On obtient un alcoolat par macération de plantes dans l'alcool. Cette macération est ensuite distillée dans un alambic.

6 - Teinture mère, teinture alcoolique ou Alcoolé
Par définition la teinture-mère est "une préparation liquide qui résulte de l'action dissolvante d'un véhicule alcoolique sur des drogues végétales FRAICHES "

La teinture-mère est obtenue par macération dans de l'alcool éthylique à différents degrés, de plantes médicinales fraîches ou « stabilisées»; si la plante est SECHE on parle de teinture officinale.
Hormis le fait d'utiliser de l'alcool ce qui peut être rédhibitoire pour certains, la teinture alcoolique (ou -mère) est très intéressante car facile à mettre en oeuvre, le résultat est assez régulier, la concentration en substance active contrôlable (permettant une prescription facile) et sa conservation tout à fait bonne.
Voilà comment on devrait procéder :

* Tri et émondage des plantes médicinales (préalablement déterminées avec soin) ou de leurs fragments.

* Broyage et mise immédiate en macération dans de l'alcool (éthanol) à 95°, on ajoute au mélange la quantité d'eau distillée nécessaire pour obtenir un degré alcoolique de 60 à 70.

* Parallèlement on a mis de côté une partie de la plante médicinale fraîche qui, après avoir été pesée, est mise à séchér à l'autoclave à 50°C pendant 12 à 24 Heures; on la repèse alors pour obtenir son "poids sec" qui correspond en général à 20 ou 30 % du poids frais.

* Le macérât est conservé au frais, en récipient étanche et à l'abri de la lumière pendant 3 semaines, on l'agite de temps à autre.

* Au bout des trois semaines on le filtre et on récupère aussi le liquide qu'on obtient en pressant fortement le résidu de la plante macérée, on mélange le tout.

* On mesure le liquide obtenu et on ajuste le degré alcoolique (60°) et le volume de teinture pour obtenir le titre requis (par rapport au poids théorique de la matière sèche) :
dans une teinture au 1/10 (la plus courante en France), 1 litre de teinture correspond à 100 grammes de plante médicinale déshydratée ou 250 à 300 grammes de plante fraîche.
Les autres titres assez communs sont 1/5, 1/20.

A un niveau familial (domestique) et pour une utilisation non commerciale on peut agir plus simplement, exemple :
100 grammes de plante sèche dans 1 litre d'alcool à 60°ou 250 grammes de plante fraîche dans 1 litre d'alcool à 70° donnent, après macération de quelques semaines, filtration et expression du résidu, une teinture alcoolique environ au 1/10 dans de l'alcool entre 50° et 60°; pour une bonne conservation il ne faut pas descendre en-dessous de 45°.
Si l'on concentre par évaporation une teinture alcoolique, on obtient un "extrait fluide", titre 1/1 qui correspond à 100 gr de plante sèche dans 100 gr d'extrait fluide (beaucoup plus concentré en principes actifs).
Si l'on poursuit l'évaporation, on atteint "l'extrait mou" à consistance sirupeuse de miel
La teinture alcoolique est d'un usage très commode (usage interne et externe) et se conserve plusieurs années au frais à l'abri de la lumière (verre coloré ou opaque), dans un récipient non métallique bien étanche.
On peut l'incorporer à une lotion, une pommade, un cataplasme, un lavement et faire des mélanges, c'est-à-dire associer les teintures de plantes médicinales entre elles.

7 - Teinture de plantes
La teinture de plantes peut s'obtenir à partir de plusieurs solvants (comme le vinaigre de cidre)

Exemple de fabrication de la teinture de plantes :

1. prendre un gros bocal à confiture ( avec la fermeture en caoutchouc) d'une contenance de 1,5 litres minimum
2. le stériliser à la cocotte minute pendant 20 minutes
3. laissez refroidir le bocal
4. mettre 100g de la plante choisie dans le bocal
5. versez 75cl (une bouteille entière) de vinaigre de cidre bio sur les plantes
6. refermez le bocal et placez le dans le noir
7. laissez macérer pendant 3 semaines en secouant le bocal pendant 30 secondes tous les deux jours
8. au bout des 3 semaines, vous filtrer le mélange, versez le mélange dans un filtre à café
9. conservez le mélange dans un bocal en verre stérilisé dans le noir
10. prendre chaque jour, le matin à jeun, 25ml du mélange
11. renouvelez l'opération 3 fois, pour avoir un traitement de 3 mois

8 - Huile et l'Huile Essentielle
On obtient l'huile en laissant macérer à température douce (voire tiède) pendant 3 semaines, la moitié d'un bocal rempli de plantes fraîches ou sèches ou de racines broyées, dans de l'huile remplissant le reste du bocal. Remuez de temps en temps le mélange, puis décantez le tout, et mettez l'huile dans un flacon. L'huile rancit vite, il faut donc en faire peu à la fois, et en refaire souvent.
On obtient l'huile essentielle par distillation à la vapeur. Pour cela il faut un ballon, un alambic, et un récipient pour recueillir le distillat. Les plantes doivent être fraîches et propres, et coupées en petits morceaux, ou grossièrement broyées. Placez les dans le ballon avec une bonne quantité d'eau de source filtrée (généralement deux à trois fois le poids de plante). Le mélange dans le ballon doit être porté à ébullition, la vapeur entraîne avec elle le principe actif volatile de la plante, elle se condense dans le serpentin de l'alambic, et s'écoule dans le récipient à la sortie. Généralement la densité de l'eau et celle du principe actif sont différentes, ce qui permet de les séparer facilement ensuite dans une ampoule à décanter, ou un vase à décantation (généralement l'essence surnage au dessus de l'eau, sauf pour l'huile d'amande douce).

9 - Sirop
On obtient du sirop simple en dissolvant à froid ou à chaud 180 g de sucre dans 100 g d'eau. On peut ensuite y ajouter des principes actifs selon les besoins.

10 - Cataplasme
Le cataplasme s'obtient en broyant la plante fraîche, et en l'appliquant ensuite sur la zone à traiter.
Afin d'éviter que le cataplasme n'adhère (entre autres sur une plaie), il vaut mieux appliquer celui-ci à travers un morceau de gaze. Les plantes doivent être parfaitement propres avant d'être broyées, et doivent même être trempées dans une solution antiseptique neutre si elles doivent être appliquées sur une plaie, et qu'elles ne sont pas elles mêmes antiseptiques. On peut aussi faire des cataplasmes chauds, en utilisant des plantes cuites. Dans ce cas faire attention de ne poser le cataplasme qu'une fois qu'il a atteint une température acceptable (afin d'éviter de brûler la personne). Une fois posé, le cataplasme doit être recouvert d'un linge, ou d'une bande si nécessaire.

11 - Poudre
La poudre s'obtient en pulvérisant une plante, soit au moulin à café, soit au mortier et au pilon, avec du gros sucre en guise de meule (attention de retirer la masse de sucre pour le calcul des doses). Vous pouvez faciliter la pulvérisation en passant la plante au four à feu très doux pendant quelques instants.
Le serpent à deux têtes
avatar
Messages : 193
Date d'inscription : 29/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Le serpent à deux têtes

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage de Salem :: Disciplines diverses :: Herbologie-