Mémoire, respiration, relaxation et concentration, les base de tous pratiquants

 :: Débuter :: Les bases à savoirs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 5 Juil - 22:13
Bonjour à toutes et à tous,
avant d'apprendre réellement à pratiquer la magie il faut débuter par maitriser certaine base qui sont:
Renforcer sa mémoire
Maitriser sa respiration
Savoir se relaxer correctement
Développer sa concentration

Renforcer sa mémoire
Que ce soit pour apprendre ou faire des voyages astraux, une bonne mémoire est indispensable. Dans le cas contraire ce sera blanc, quelques souvenirs (comme dans un film incomplet) et encore blanc.
Une sorte de filtre inconscient semble entraver, ou du moins fragmenter, le souvenir des expériences vécues, sans doute très intéressantes, peut-être même uniques, mais trop éprouvantes ou traumatisantes pour ceux qui n'ont pas, ou pas encore, atteint un bon équilibre intérieur.

L'action constante sur les mécanismes mnémoniques alliée à un renforcement du Moi, aide l'individu à se souvenir de plus en plus précisément de ses aventures. Comme un miroir qui vient d'être nettoyé, la conscience commence à renvoyer une image de plus en plus détaillée et brillante de ce monde subtil qu'elle avait tendance à masquer, lorsqu'elle n'était pas encore bien entraînée.

Exercices pratiques:
- Concentrez-vous sur cette idée et favorisez la suggestion mentale en vous répétant: "Ma mémoire progresse sans cesse".
- Gravez dans votre mémoire une dizaine d'images en essayant ensuite de les recomposer mentalement dans les moindres détails. Introduisez progressivement d'autres images sans pour autant oublier les premières.
- Essayez d'apprendre par cœur les adresses, les numéros de téléphone, les prix, les rendez-vous et les phrases que vous avez lues et qui vous ont particulièrement attiré.

La respiration
La respiration est essentielle aux êtres vivants. Il nous est impossible de vivre sans cette fonction vitale. Mais saviez vous que bien respirer est aussi important en magie que dans notre vie quotidienne ? C'est une base fondamentale à maîtriser pour bien méditer !

Selon les théories orientales, en respirant nous ne respirons pas seulement de l'air et des gaz mais aussi du prâna, l'énergie cosmique éthérique, celle que les guérisseurs canalisent dans le corps du malade pour lui communiquer de l'énergie vitale et combattre la maladie.

Dans le monde occidental, nous respirons mal. Nous avons pendant longtemps imposer à notre acte respiratoire des modalités et des rythmes artificiels.
Par exemple, un nourrisson: vous verrez que son abdomen monte et descend suivant un rythme régulier et naturel.
L'anxiété, les vêtements serrés, les mauvaises habitudes font adopter aux adultes une respiration rapide et artificielle et, surtout chez la femme, une respiration thoracique. Cette négligence peut être bien souvent la cause d'une mauvaise oxygénation du sang et, par conséquent, d'une baisse des fonctions cérébrales. La capacité de se concentrer et d'étudier est ainsi réduite et les énergies se révèlent insuffisantes, ce qui compromet les pratiques occultes. En outre, tout comme la respiration influence la psyché, l'état psychique négatif affecte le rythme respiratoire.

Exercices:
Dans les moments critiques, lorsque nous sommes soumis à un stress, ou lorsque nous avons peur, une respiration correcte, lente, effectuée par les narines, s'est toujours avérée le meilleur des médicaments.
En exécutant ceci correctement, vous aurez remporté votre première victoire, le contrôle de l'esprit sur le corps et vice versa. C'est une expérience de maîtrise de soi, indispensable pour affronter avec assurance et fermeté le premier voyage astral ou une méditation efficace.

Ensuite, pour approfondir votre pratique du contrôle de la respiration, à condition que votre état de santé vous le permette, vous devez vous asseoir, le dos bien droit, dans un lieu aéré et tranquille. Choisissez un moment de la journée loin des heures de repas et concentrez toute votre attention sur le rythme de la respiration.

- Placez une main sur votre abdomen, à la hauteur du nombril et l'autre sur votre poitrine, afin de contrôler l'entrée de l'air dans les cavités abdominale et thoracique. Inspirez doucement par les narines en comptant mentalement jusqu'à 4 et essayez de faire pénétrer l'air jusqu'au point le plus bas possible en gonflant tout d'abord la zone abdominale, puis la cage thoracique. Retenez le souffle pendant 6 secondes et expirez lentement, toujours par le nez, en comptant jusqu'à 4. C'est la phase la plus difficile. Vous serez tenté d'abrégé cette étape en accélérant la cadence; il se peut qu'avant d'avoir fini de compter, vous n'ayez plus d'air à expulser (il faut alors modifier votre rythme d'expiration). Après avoir expulsé complètement l'air, comptez encore une fois jusqu'à 6 avant s'inspirer une deuxième fois.

Attention à ne pas forcer l'intensité, ni la durée de l'exercice, cela risquerait de vous causer de légers malaises comme migraines, vertiges, troubles de la vues; la respiration doit rester une fonction naturelle, tout comme chez les enfants et les animaux.

10 ou 20 cycles à ce rythme sont plus que suffisants pour cet exercice puis progressivement il deviendra automatique et vous pourrez respirer correctement sans même y penser.

Un autre processus qui constitue un autre aspect de cette technique est la respiration luni-solaire (par narines alternées) dont l'objectif est de n'inspirer que par une seule narine cette fois-ci, tandis que l'autre narine servira à expirer; pour vous aider, vous boucherez alternativement l'une ou l'autre des narines avec un doigt.

- Inspirez tout doucement par la narine gauche en appuyant avec le pouce droit sur la narine droite; bouchez ensuite avec l'index de la même main la narine restée ouverte: c'est la phase de rétention (comme si vous étiez en apnée). Puis, pour passer à la dernière phase de respiration, débouchez la narine droite, la gauche étant toujours fermée, et expirez lentement.

Ces 3 stades devront être exécutés dans les temps conseillés pour le précédent exercice. La pratique et l'entraînement aidant, vous pourrez ensuite modifier le décompte mental et doubler, voire même tripler ces temps.

La relaxation
On en parle souvent mais on arrive difficilement à l'exécuter correctement. Elle implique, en effet, l'élimination totale de toute contraction musculaire, de toute tension du corps et de l'esprit, but quasiment impossible pour une personne au tempérament anxieux.

Le moment idéal pour s'exercer est au réveil, lorsque le sommeil a calmé la nervosité de la veille et les petites douleurs dues à une vie trop sédentaire.

Couchez-vous sur le dos, sur une surface rigide mais confortable, les paumes des mains vers le haut. Vous ne devez avoir ni trop froid, ni trop chaud et, au moins pour commencer, ne plus être affligé par des quelconques douleurs ou tourmenté par des besoins physiologiques.

En partant de la pointe des pieds, essayez d'imaginer tous vos nerfs et tous vos muscles; en commençant d'abord par le pied gauche, contractez vos muscles les uns après les autres, en remontant progressivement le long du corps et ensuite décontractez-les. Votre tension, votre négativité vont se décharger au sol, comme l'électricité. Vous vous sentez bien; vos pensées défilent doucement, sans que vous essayiez de les retenir. Vous êtes calme, serein et votre corps devient de plus en plus lourd, comme s'il s'enfonçait (début de transe). Laissez-vous allez... Terminez l'exercice en remuant lentement et en vous étirant comme un chat, le plus possible.
Relevez-vous et commencez votre journée selon votre habitude; vous éprouverez au cours de toute la journée une surprenante sensation de calme et de bonne humeur qui vous permettra de faire face avec optimisme à la fatigue et aux contrariétés.

La concentration
La concentration est l'art de s'isoler des influences extérieures en fixant son attention sur quelque chose, une personne ou un objet, afin d'empêcher son esprit de vagabonder.
Parmi les innombrables idées peuplant notre esprit, il ne faut alors retenir que celles qui sont, d'une manière ou d'une autre, associées à l'objet choisi, pour que la vision de ce dernier soit la plus claire et la plus complète possible.

La concentration n'est pas synonyme d'effort violent, rage ou tension, c'est le résultat de :

- L'attention => qui fixe l'esprit sur l'objet désiré
- La persévérance => qui immobilise l'attention
- La maîtrise de soi => qui empêche la pensée de s'échapper et d'errer ça et là

Le manque de concentration provient la plupart du temps (donc hors raison médicales) d'un grand nombre d'actions accomplies automatiquement, en pensant à autre chose: nous les privons ainsi de la force que la concentration mentale pourrait leur conférer. Cette force et le secret de la réussite dans les domaines les plus variés et surtout, en réalité, la clé qui nous permet de concentrer efficacement notre volonté pour atteindre un but ardemment convoité.

Exercice:
Concentrez-vous sur un objet quelconque, une fleur ou un crayon par exemple, en essayant d'éliminer toutes les pensées qui ne sont pas directement liées à celui-ci. Faites en sorte de le percevoir totalement, à l'extérieur et à l'intérieur comme s'il était isolé du milieu ambiant. Analysez les couleurs, la forme, la consistance, la substance de cet objet, en appréhendant au fur et à mesure ses attributs intérieurs, ses fonctions, son histoire, les situations et les souvenirs qu'il suscite en vous.

Cela améliore l'acuité et renforce la capacité de concentration.

Vous pouvez aussi lire, plusieurs fois si besoin, un passage compliqué avec la ferme intention de pénétrer totalement sa signification la plus profonde. Imposez-vous une concentration absolue, jusqu'à ce que vous atteigniez un degré de compréhension satisfaisant.

Vous noterez que, petit à petit, le sens du passage vous semblera plus clair et vous découvrirez des détails et d'éventuelles significations symboliques qui vous avaient échappé à la première lecture superficielle.

Habituez-vous à ce passe temps insolite qui, mieux que des mots croisés, saura animer une attente ennuyeuse ou un long voyage solitaire .

Fixez votre attention sur les objets et surtout les personnes qui vous entourent, en cherchant, grâce à une observation minutieuse, à comprendre également leur aspect le plus obscur.

Un peu de solitude est également souhaitable si l'on veut suivre la voie de la concentration intérieure; tous les maîtres spirituels, les grands occultistes, ont consacré une partie de leur existence au dialogue silencieux avec eux-mêmes.

Faites comme eux: isolez-vous pour dédier quelques instants de votre précieux temps à votre voix intérieure, offrez-vous de temps à autre le luxe d'une paisible promenade à la campagne ou dans un autre endroit calme pour vous ressourcer avec le silence pour seul compagnon. C'est comme si vous vous bouchiez les oreilles pour vous mettre à l'écoute de vous-même.

Le Zen, antique philosophie japonaise qui tend à la réalisation du Moi par certaines techniques spécifiques, prévoit un exercice de concentration très utile : la pratique du Koan, que le maître propose au disciple. Il s'agit habituellement de dilemmes apparemment insolubles, du moins par le jugement, et que seule la concentration mentale, renforcée ici aussi par une préparation physique rigoureuse, permet de résoudre.

Intégrez la pratique Koan à vos bonnes habitudes, en vous concentrant sur vos problèmes psychologiques, sur vos dilemmes quotidiens ou sur les questions métaphysiques que nous nous posons tous tôt ou tard au cours de notre existence. Non seulement vous parviendrez à résoudre un problème en apparence insondable, mais vous enregistrerez un développement incontestable de votre conscience et de vos capacités de chercheur de l'occulte.
Le serpent à deux têtes
avatar
Messages : 243
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Le serpent à deux têtes

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage de Salem :: Débuter :: Les bases à savoirs-