Dim 11 Mar - 14:05


Achille, "semblable aux dieux" mais non pas dieu lui-même, fut le plus fameux des héros grecs et un acteur incontournable de la guerre de Troie.
Achille, fils de Pélée, roi des Myrmidons et de la néréide, Thétis, naquit à Larissa en Thessalie. Sa mère, Thétis qui était fort jolie, fut recherchée par Zeus et Poséidon pour l'épouser.
Thémis savait que le fils qui naîtrait serait plus grand et plus fort que son père. Seul Prométhée connaissait ce terrible secret mais Zeus réussit à le lui arracher.
Alors, pour éviter d'être détrônés, les dieux décidèrent de marier Thétis à Pélée, non sans quelques difficultés car elle ne voulait pas épouser un simple mortel. De ce fait leur enfant serait supérieur à son père mais inférieur aux immortels.
Pour calmer la déception de Thétis d'avoir à épouser un simple mortel les dieux organisèrent un somptueux repas de mariage où toutes les divinités (sauf une) furent conviées et apportèrent de magnifiques cadeaux.
En tant que fils de Pélée il porte parfois le surnom de Péléide ou d'Eacide en tant que petit-fils d'Éaque.

NAISSANCE
Suivant la tradition post homérique, Thétis tenta, à plusieurs reprises, de procurer à son fils Achille l'immortalité. Pour cela, elle le frottait le jour avec de l'ambroisie et le plongeait la nuit dans le feu céleste afin de brûler sa composante mortelle; son père effrayé par cette surprenante opération se hâta de le retirer du feu et c'est pour cette raison qu'il porte parfois le surnom de Pyrisous (sauvé du feu). Thétis fut contrainte de mettre un terme à son projet ; elle abandonna l'enfant et retourna auprès des Néréides. Pélée amena son fils à Chiron.
Toutefois selon Ptolémée, Héphaistion et Photios, le bébé eut un pied brûlé. Pélée fit appel à la science du sage Chiron. Celui-ci alla à Pallène et déterra les ossements du géant Damysos qui passait pour être l'homme le plus rapide du monde. Il remplaça ensuite l'astragale endommagé d'Achille qui devint un excellent coureur. Mais lors de la guerre de Troie son astragale de remplacement se rompit et il fut tué.
D'autres auteurs comme Stace (Achilléide) rapportent qu'elle le plongea dans le Styx pour le rendre invulnérable, exception faite du talon par lequel elle le tenait. D'où la fameuse expression "tendon d'Achille" qui désigne un point de faiblesse pouvant conduire à l'échec d'une entreprise pourtant solide.

EDUCATION
Le roi des Dolopes, Phénix, fils d'Amyntor roi d'Orminion (il fut tué par Héraclès à qui il avait refusé le passage ou la main de sa fille, Astydamie) instruisit Achille sur la diplomatie, l'éloquence et sur l'art de gouverner
Le Centaure Chiron lui apprit la course à pied ("Achille au pied léger"), le tir à l'arc, de nombreux talents des Muses et l'art de guérir les blessures. Chiron lui confia une plante qui désormais porte son nom, l'achillée, et qui a des propriétés cicatrisantes et hémostatiques pour soigner d'éventuelles blessures.
Il fut nourri de la moelle de lion et des entrailles d'animaux sauvages pour le rendre courageux. Une seule fois il connut la crainte lorsqu' il affronta la juste colère du dieu-fleuve Scamandre dont il avait souillé les eaux par un effroyable carnage. Il fut d'ailleurs blessé au coude par le jet de deux javelots lancés par Asteropeos.
Remarquable par son courage et sa fermeté d'âme, le "bouillant Achille" avait aussi un caractère ombrageux, rancunier voire méprisant envers ses adversaires. Mais cela ne l'empêcha pas d'être le préféré des déesses Héra et Athéna qui veillèrent jalousement sur lui. Il se lia d'amitié avec Patrocle qui devint son ami inséparable (et sans doute un peu plus selon Apollodore III-13, Cool ) jusqu'à la mort.
La tentative de conciliation prônant le retour d'Hélène dans ses foyers ayant échouée la guerre contre Troie était inévitable. Aux conseils de sa mère, qui lui proposait le choix entre une vie courte et brillante et une vie longue mais obscure, Achille avait répondu qu'il préférait la gloire, la vie fut-elle brève. Thétis devait donc rapidement trouvé une solution pour essayer d'arracher son fils à son tragique destin car les préparatifs avaient commencé.

PRÉPARATIFS

A neuf ans le devin Calchas avait prédit que Troie ne saurait être prise sans le concours d'Achille, c'est pourquoi, Thétis le retira de chez Chiron et l'envoya, déguisé en jeune femme, à la cour de Lycomède dans l'île de Skyros pour essayer de le soustraire à son funeste destin.
• Caché dans le gynécée sous le nom de Pyrrha (Πύρρα, la rousse), une prétendue sœur d'Achille, il séduisit Déidamie, fille du roi Lycomède, qui n'avait pas été bien longue à découvrir la supercherie et qu'il épousa secrètement quelque temps avant son départ pour Troie.
De cette union naquit un fils, Néoptolème (ou Pyrrhus), qui participera lui aussi à la guerre car sa présence était également nécessaire à la victoire.
Selon les prédictions de Calchas, les Grecs ne pouvaient s'emparer de Troie sans la présence incontournable d'Achille, ils chargèrent Ulysse de le retrouver et de le ramener rapidement.
Le rusé roi d'Ithaque se déguisa en marchand ambulant et présenta aux jeunes filles de la cour de Lycomède des bijoux parmi lesquels était placée une épée. Quarante neuf jeunes filles se précipitèrent sur les bijoux et les pièces d'étoffes tandis que la prétendue princesse Pyrrha saisit avec empressement l'arme lorsqu'Ulysse fit sonner une trompette de guerre. Démasqué, Achille suivit Ulysse sans qu'il y ait eu un engagement vis à vis d'Agamemnon.
• Toutefois Homère ne relate pas cet épisode et Pélée envoya directement son fils et Patrocle à la tête de Myrmidons rejoindre la flotte grecque; de même le récit du premier départ de la flotte. En effet les chants cypriens (ouvrage aujourd'hui perdu) racontent que les navires poussés par les vents arrivent en Mysie et les grecs attaquent la ville croyant avoir affaire à Troie. La ville est âprement défendue par Télèphe, le fil d'Héraclès. Alors qu'il est captif des pampres de vignes déployées par Dionysos Télèphe est blessé par la lance d'Achille. Finalement les grecs comprenant leur erreur retour sur leur base. La blessure ne guérissant pas Télèphe décide de se rendre à Mycènes pour se faire soigner par Achille. Achille commence par refuser arguant qu'il ne connait rien à la médecine puis en échange d'informations sur la localisation de Troie il accepte de le soigner avec la rouille de sa lance, sorte d'homéopathie avant l'heure.
• Avec une cinquantaine de navires, Achille rejoignit Agamemnon à Aulis pour un second départ mais la flotte grecque était bloquée cette fois par des vents contraires car Agamemnon avait offensé Artémis soit pour avoir tué une biche consacrée à la déesse, soit pour s'être vanté d'être meilleur chasseur qu'elle.
Toujours selon le devin Calchas la flotte ne pourrait partir pour Troie tant que la fille du roi ne serait pas sacrifiée à Artémis. Or Iphigénie se trouvait à Mycènes et Agamemnon ne savait pas très bien comment la convaincre de venir au port d'Aulis. Puis, poussé par Ménélas et surtout par Ulysse, il accepta de faire venir sa fille sous le prétexte fallacieux de la fiancer à Achille.
Achille qui n'avait pas été informé de cette honteuse démarche, en fut indigné et chercha à sauver la malheureuse Iphigénie. Il ne pardonna jamais à Ulysse cette tromperie.
Iphigénie allait périr sous le couteau du sacrificateur, quand Artémis, décida de lui substituer une biche, l'enleva dans une nuée, et la transporta à Tauride pour en faire sa grande prêtresse. Toutefois selon d’autres auteurs (Eschyle), Iphigénie est sacrifiée.
Et les bateaux enfin purent lever l'ancre.

LA GUERRE
En cours de route il aborda l'île de Ténédos où il tua le roi Ténès, fils d'Apollon qui lui fera plus tard payer ce crime. Il mit à sac l'île de Lesbos. Mais il se souvint de ne pas débarquer le premier sur le sol troyen.
Comme le siège de Troie traînait en longueur, Achille et de nombreux grecs, saccagèrent douze villes sur le bord de la mer et onze à l'intérieur des terres pendant les neuf premières années.
L'Iliade commence la dixième année avec la colère d'Achille et ses conséquences.

COLERE: Briséis (ou Hippodamie) était la fille du prêtre Brisès. Achille la captura lors du sac de la ville; il tua toute sa famille, ainsi que son mari Mynés, roi de Lyrnessos, en Cilicie, et en fit sa favorite. Selon le désir d'Apollon, qui avait envoyé la peste sur le camp Grec, Agamemnon fut obligé de rendre Chryséis à son père; alors, de colère, il prit Briséis à Achille.
Après son départ, Achille désespéré se rendit sur le rivage. A son appel Thétis se montra et lui promit d'intercéder auprès de Zeus; Achille se retira alors sous sa tente pour jouer de la lyre et manifester son mécontentement; son inaction amena défaites sur défaites dans le camp des Grecs.


PATROCLE: Alors que les Grecs étaient acculés et que les Troyens menaçaient de brûler leurs navires, le vieux Nestor proposa à Patrocle de remplacer le héros. Patrocle obtient l'autorisation d'Achille de d'aider les Grecs en portant ses armes. La manœuvre réussit mais Patrocle, malgré la promesse faite à Achille, engagea la poursuite il alla sous les remparts même de Troie où il fut blessé par Euphorbe, puis tué par Hector. Hector prit les fameuses armes d'Achille comme butin de guerre sous les acclamations des troyens. Cependant Ménélas réussit à arracher le corps aux Troyens et à le ramener au camp grec. A la nouvelle de cette mort, Achille s'arracha les cheveux, se jeta à terre, se couvrit le visage de cendre.
Furieux et humilié - trompé par Patrocle, qui, mort, était hors de punition, et symboliquement vaincu par Hector - Achille décida de se venger et de venger son compagnon, malgré les avertissements de sa mère : s'il affronte Hector, il mourra peu de temps après. Thétis commanda à Héphaïstos de forger de nouvelles armes, qu'elle vint porter elle-même à son fils.


HECTOR: Fortifié par le nectar et l'ambroisie qu'Athéna lui a donnés, Achille partit immédiatement à la recherche d'Hector. Il abattit un grand nombre de Troyens sur son passage, à tel point que les eaux du fleuve Scamandre (Xanthe) furent souillées de sang. Le lit du Xanthe était encombré de cadavres et le dieu-fleuve, menaçant demanda à Achille de cesser ce carnage épouvantable. Achille resta sourd à sa demande et le dieu-fleuve offensé manqua de noyer le héros qui ne dut la vie sauve qu'à l'intervention des dieux et tout particulièrement d'Héphaïstos qui assécha le cours d'eau en furie.
« Héphaïstos, aucun des dieux ne saurait te résister; non, je ne lutterai point contre tes flammes ardentes. Suspends ta fureur; Achille peut aujourd’hui même chasser les Troyens de leur ville: que me fait leur querelle? qu’ai-je besoin de leur venir en aide? »
Les Troyens se réfugièrent dans la ville, seul Hector resta hors des murailles protectrices. Finalement Achille rencontra Hector, le défia et le tua avec l'aide d'Athéna.
Avant de tomber sous les coups, Hector supplia Achille de respecter sa dépouille et de la rendre à sa famille; Mais il est clair qu'Achille n'en fera rien et il attacha par les pieds son cadavre à son char et le traîna par trois fois autour des murs de la ville. Cependant sa fureur ne s'arrêta pas là car tous les jours et trois fois par jour il traînait le corps autour de la tombe de Patrocle.


Les dieux réprouvèrent ce comportement inique d'autant plus que l'ombre d'Hector errait sur le champ de bataille sans pouvoir trouver de repos puisque le corps restait sans sépulture.
À cette vue, tous les immortels, émus de pitié, engagent le vigilant Hermès à dérober le cadavre du héros : ce conseil charme tous les dieux, excepté Héra, Poséidon et la belle Athéna.
Apollon fit de sorte que le corps ne pourrisse pas et ne soit pas déchiré et Zeus dépêcha Hermès auprès de Priam pour le conseiller.
Le vieux roi Priam vint implorer Achille de lui rendre le corps de son fils; il se fit accompagner pour cette démarche par sa fille Polyxène pour laquelle Achille éprouvait des sentiments qu'il avait rencontrée à la fontaine lors d'une trève.
Se laissa t-il toucher par les supplications du vieux roi, par les larmes de la belle Polyxène ou par l'énorme rançon qu'il exigea? On ne sait pas. Cependant, il le rendit finalement au vieux Priam après une demande de sa mère Thétis.
« O mon fils, jusques à quand, triste et chagrin, rongeras-tu ton cœur, oubliant à la fois la nourriture et le sommeil ? Il est bon cependant de s’unir d’amour à une femme. Hélas ! tu n’as pas longtemps à vivre. Déjà vers toi s’avancent et la Mort et la Parque inexorable. Mon fils, écoute mes paroles ; je suis envoyée par Zeus : tous les dieux, dit-il, sont irrités contre toi, et lui plus que tous les immortels s’indigne de ce qu’en ta fureur tu retiens toujours Hector près de tes larges navires. Délivre-le donc ; et accepte la rançon de son cadavre. »
Les évènements entre la mort d'Hector et celle d'Achille ont été racontés dans L'Éthiopide, aujourd'hui perdue, attribuée au grec Arctinos. La reine Penthésilée et de ses Amazones arrivent pour soutenir les troyens; malgrè quelques exploits la reine est tuée par Achille. Le héros verse des larmes sur le corps inanimé de la reine dont il vient de tomber subitement amoureux. Thersite se moque de cette sensiblerie avant d'être tué par un magistral coup de poing.
Memnon, fils d'Éos et de Tithon, portant une armure elle aussi façonnée par Héphaïstos, arrive à la tête d'un contingent d'Éthiopiens. Au cours d'un bataille, Memnon tue le fils de Nestor, Antiloque. Achille le venge en tuant Memnon à qui Zeus accorde l'immortalité à la prière d'Éos.

MORT D'ACHILLE
La mort d'Achille ne figure pas dans le texte de l'Iliade mais la mise en garde de Thétis est très claire et Achille la connait depuis longtemps et il la répète dans la livre IX par exemple.
Ma mère, la déesse Thétis aux pieds d’argent, m’a dit que deux destinées différentes pouvaient me conduire au terme de la vie : si je persiste à combattre dans les plaines d’Ilion, il n’est plus pour moi de retour, mais j’acquiers une gloire immortelle ; au contraire, si je retourne dans mes foyers, au sein de ma douce patrie, ma renommée périra, mais une longue vie m’est promise, la mort ne m’enlèvera pas rapidement. (Iliade IX, 410 sqq)
Il n'y a pas que sa mère qui l'avertit du sort terrible qui l'attend. Le fantôme de Patrocle qui vient lui demander de lui accorder rapidement des funérailles lui dit :
Une funeste destinée, celle qui à présidé à ma naissance, s’est emparée de moi; toi-même, ô divin Achille, ton sort est de périr sous les murs des valeureux Troyens. (Iliade XXIII, 80)
Hector, sur le point de mourir, lui révèle même par qui il sera tué et l'endroit précis où se déroulera l'action:
mais crains que je n’attire sur toi la colère des dieux, en ce jour où, malgré ta vaillance, Pâris et Apollon t’immoleront devant les portes Scées. (Iliade XXII, 353)
Même Xanthos, le cheval divin qui sait parler, lui prédit sa mort et Achille ne cherche pas à éviter son destin.
«Xanthos, pourquoi me prédire la mort? Cela ne te convient pas. Je sais que mon destin est de périr ici, loin de ma mère et d’un père chéri; cependant je ne m’éloignerai point avant que les Troyens ne soient rassasiés de combats.» (Iliade XIX, 416 sqq)

Une légende posthomérique raconte le récit de son combat avec Memnon, le fils d'Eos. Ce fut sa dernière victoire.
♳ Peu après Pâris, (ou Apollon sous les traits de Pâris), tua Achille en lui décochant une flèche à l'endroit fatal.
♴ Selon d'autres traditions post-homériques, il fut tué dans un temple d'Apollon à Thymbra par une flèche tirée par Pâris, au moment même où il allait épouser Polyxène.


Thétis, ayant appris la mort de son fils, sortit des eaux, accompagnée d'une troupe de Nymphes de la mer, pour venir pleurer sur son corps. Les Néréides entourèrent le lit funèbre, en poussant de terribles lamentations, et elles revêtirent le corps d'habits immortels; les neuf Muses firent entendre tour à tour leurs plaintes lugubres. Durant dix-sept jours et dix-sept nuits, les Grecs pleurèrent avec les déesses ; le dix-huitième, le corps fut mis sur un bûcher et incinéré; ses cendres, mêlées à celles de Patrocle, furent enfermées dans une urne d'or.
Polyxène, fille de Priam et aimée d'Achille fut sacrifiée sur sa tombe comme le raconte Ovide.
Les Grecs rendirent à Achille des honneurs divins, lui dédièrent des temples et un culte, notamment à Sparte et à Elis fut instauré. Conformément à l'oracle de Dodone les Thessaliens prirent l'habitude tous les ans de sacrifier un taureau blanc et un taureau noir à sa mémoire.
Ajax et Ulysse récupérèrent les cendres qui furent placées dans un tombeau du cap Sygée près du Bosphore mais il existe deux cénotaphes un à Olympie et un second à Sparte.
Puis les chefs Grecs se disputèrent âprement ses armes du héros. Ulysse l'emporta.
Selon la tradition courante, Achille coulerait une éternité bienheureuse soit aux Champs-Elysées, soit sur l'île Blanche, à l'embouchure du Danube, où il se maria après leur mort avec ♳ Hélène, ou ♴ Iphigénie ou ♵ Médée selon différents auteurs.

FILIATION

Mère: Thétis
Père: Pélée

ACHILLE
Epouse / amante: Déidamie, Briséis, Penthésilée, Hélène et Iphigénie
Enfants: Néoptolème avec Déidamie
Caïstos avec Penthésilée
Le serpent à deux têtes
avatar
Messages : 210
Date d'inscription : 29/01/2018
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Le serpent à deux têtes

__________________________


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage de Salem :: Les magies et légendes de par le monde :: Pays Occidentaux :: Le berceau de l'Occident-